E116 : Mercredi 26 mai // Highway 93 (Borne 8) – North Las Vegas

E116 : Mercredi 26 mai // Highway 93 (Borne 8) – North Las Vegas

72,21km – 10h28′

Et allez hop, une bonne ligne droite pour commencer la journée. Vous savez, celles dont l’extrémité disparaît dans des mirages lointains. Une route sans fin pour Serge ? Pas de problème il ne rêve que de ça.
A 9h il fait déjà 25°C. Nouveauté du jour : les moucherons. Ce qui est étrange, c’est que René et Bertrand n’en ont pas eu sur la fin d’étape d’hier. Et pourtant ils sont présents en masse. Et ça vous titille les cils, ça se pose partout sur votre visage et essaie même de rentrer dans les oreilles. Au moins cela a le mérite de bien vous réveiller. Il faut bien voir le côté positif des choses… Au jeu de « celui qui en a le plus de posés sur lui », Bertrand ressort vainqueur. On peut même dire que les moucherons le considèrent maintenant comme leur reine-mère.
Les Joshua trees ont laissé place aux Yuccas, sortes de plantes possédant de longues feuilles se terminant par un pic. Leur tronc est artificiel car recouvert des feuilles les plus en-dessous, qui une fois mortes retombent et protègent ce dernier. La nature est fichtrement bien faite… Mais la détentrice de l’ensemble des œstrogènes du groupe a voté, et son verdict est irrévocable: « Ils sont moins beaux que les Joshua ».
Nous finissons par bifurquer après 35 kilomètres ininterrompus de ligne droite. Ça n’en finissait plus ! Le paysage, lui, a quand même évolué entre temps. Les montagnes qui nous bordaient à droite et à gauche se sont considérablement rapprochées, jusqu’à former une sorte de mini-canyon au niveau de notre virage. D’une manière générale, les reliefs du Nevada diffèrent beaucoup des autres aperçus jusqu’à présent. Toujours d’un brun assez clair, les montagnes sont tourmentées et souvent à pic. Pas forcément très hautes, elles sont néanmoins présentes en grand nombre. Ce qui, au risque de me répéter, donne un côté lunaire à ce magnifique paysage.
Les avions de chasse continuent de se faire entendre dans le ciel. Je finis par en apercevoir un. Et malgré sa très haute altitude de vol, il fait un sacré vacarme.
Monika et Bertrand partent aux alentours de midi vers Las Vegas, afin de repérer les lieux et les éventuelles prises de vues pour demain. Mieux vaut s’y prendre à l’avance, et être préparé au maximum afin de braver dans les meilleurs conditions l’enfer de la ville. Car oui, comme pour Salt Lake City, nous dérogerons à nos principes et traversons bien Las Vegas en son centre, du nord au sud. Ça risque de secouer.
René et moi continuons de ravitailler Serge sous ce soleil brûlant. Un bras laissé sur le bord de la fenêtre trop longtemps, et c’est le coup de soleil assuré. Alors que nous attendons notre coureur au 45ème kilomètre, celui-ci nous fait la surprise d’arriver en douce par derrière. Il a profité de cette piste parallèle à la route pour quitter le bitume. Le sable est bien tassé donc pas de soucis pour courir, et les serpents ressortent bien sur la couleur de cette surface. Du tout bon pour Serge, sauf pour le soleil qui se reflète beaucoup plus sur le sable que sur le béton. La température monte donc pour Serge, mais au moins les voitures ne lui rasent plus les fesses.
Au ravitaillement suivant, notre marin des continents est de retour. Ce surnom fut octroyé à Serge après la traversée de Paris-Tokyo et il faut dire qu’aujourd’hui il lui va comme un gant. A chaque fois que nous l’apercevons au loin, il est toujours plongé dans un épais mirage qui nous donne l’impression qu’il court sur l’eau.
J’aurais peut-être du profiter un peu plus du virage croisé au 35ème kilomètre, car une vingtaine de kilomètres plus loin nous sommes toujours coincés sur notre ligne droite.
Bertrand  et Monika reviennent de leur repérage vers 16h30. Verdict : demain s’annonce comme une journée très difficile. Mais nous y reviendrons en temps et en heure. Ni une, ni deux, c’est au tour de René de repartir avec Bertrand, direction le Walmart du coin pour faire des courses. Car après Las Vegas, c’en sera fini de la civilisation. Il est donc vital de partir bien équipés en eau et nourriture.
Après avoir fait bifurquer Serge pour la première fois de la journée, Monika et moi le récupérons sur une petite route parallèle à l’Interstate, qui porte déjà le nom de North Las Vegas Boulevard. C’est la même route que nous suivrons demain durant toute notre traversée de Las Vegas. Et même si niveau indication cette prochaine étape s’annonce facile, soyez-en certains, cette journée ne sera pas de tout repos.
Bertrand pariera-t-il les clés de la Jeep sur le rouge ou bien le noir ? Serge escaladera-t-il la grande pyramide de Khéops ? Céline Dion jettera-t-elle son dévolu sur notre René national ? Tant de questions qui restent en suspens, mais qui trouveront une réponse dès demain.
En attendant l’équipe va reprendre des forces, car elle en a bien besoin.
Bonne nuit.

Données de la montre Epix : Garmin Connect

Parcours du Jeudi 26 mai : Etape 117