E99: Dimanche 08 mai // Layton – South Jordan

E99: Dimanche 08 mai // Layton – South Jordan

72,31km – 10h42′

Layton s’éveille tout doucement en ce dimanche 08 mai. Et qui dit dimanche, dit… grasse matinée ! Pas pour nous, mais pour le trafic qui est pratiquement inexistant ce matin. Le brouillard enveloppe les montagnes avoisinantes, et une fine pluie tombe déjà lorsque nous commençons notre journée. En comparaison avec hier, et même avec avant-hier, ce début d’étape est d’un calme absolu. Et ça fait du bien.
Serge a un peu mal au genou ce matin. La chute d’hier à laissé des traces. Il réclame deux paracétamols au premier ravitaillement. Mais malgré cette douleur et le temps un peu capricieux, le moral est au beau fixe. Il prend beaucoup de plaisir à courir dans ces rues désertes.
Nous enjambons la highway 89, et descendons droit vers Centerville.
Il est 9h et le trafic commence à se réveiller. Beaucoup de gens se rendent à la prière dominicale. Les parkings des églises sont pleins.
En ce qui concerne la religion, la ville compte 45% de mormons parmi ses habitants, soit évidemment le plus haut pourcentage au monde pour une agglomération. Les trois principaux bâtiments religieux de Salt Lake sont :

  • Le Tabernacle, une salle pouvant accueillir jusqu’à 6000 personnes et dotée d’une acoustique de grande qualité. Le Chœur du Tabernacle mormon y chante régulièrement. Construit en 1867, à une époque où les haut-parleurs et les amplificateurs n’existaient pas, le but de cet endroit est qu’un orateur puisse être entendu de tous. L’acoustique est telle que l’on peut très distinctement entendre tomber une épingle sur le sol depuis l’autre extrémité du bâtiment, située à une distance de 75 mètres !
    Ce lieu possède aussi l’orgue du Tabernacle mormon, qui avec ses 11 623 tuyaux fait partie des 20 plus grands orgues au monde !
  • L’Assembly Hall, achevé en 1882, fut à tort appelé pendant sa construction le « nouveau Tabernacle ». Pour éviter toute confusion il fut par la suite renommé le « Salt Lake Assembly Hall ». Ce bâtiment est surtout destiné à accueillir le trop plein de public lors des conférences annuelles et semi-annuelles de l’église mormone (avec une capacité de 2000 places).
  • Le Temple de Salt Lake City. Il est le plus grand de tous les temples mormons (parmi les 130 dans le monde), mais aussi le plus connu. En 1847, quatre jours seulement après leur arrivée dans la vallée de Salt Lake City, les pionniers mormons décident d’y construire un temple. Mais l’architecte désigné (Truman O. Angel) est tout d’abord envoyé en Europe afin d’y étudier les grandes cathédrales de la Renaissance. Le 6 avril 1853, Brigham Young pose la première pierre d’une construction qui s’étalera sur très exactement 40 ans, car le 6 avril 1893, c’est Wilford Woodruff (le quatrième président de l’Eglise) qui acte la fin des travaux. C’est le premier temple mormon à avoir installé à son sommet une statue en or de l‘ange Moroni et de sa trompette, ce que feront tous les autres par la suite.

Ces trois bâtiments se trouvent réunis sur la place de Temple Square, véritable attraction touristique en plein cœur de Salt Lake City. En effet, jusqu’à 5 millions de visiteurs par an viennent observer ces édifices. Soit plus que le Grand Canyon ou même le parc de Yellowstone. Par comparaison, les cinq parcs nationaux de l’Utah réunis comptabilisent un total de 5,3 millions de visiteurs par an.
Nous traversons Salt Lake City à mesure que la ville s’active. Je rentre quelques minutes dans la « LDS Business School » (LDS étant l’abréviation de « Later Saints Days », on parle bien ici d’une école de commerce pour les mormons) et à ma grande surprise elle est remplie d’étudiants ! Un dimanche ? Après quelque recherches j’apprend qu’il existe une « école du dimanche », réservée à l’enseignement religieux. C’est donc tout naturellement que cette école accueille des élèves aujourd’hui.
Les voitures commencent à se faire nombreuses. Au 40ème kilomètre, nous atteignons enfin « l’instant historique » de cette étape. C’est vrai que ce temple mormon est beau. Néanmoins je l’imaginais plus grand, mais on ne va pas chipoter…
Il est 14h30, et je n’ai pas encore mangé. En fait je n’y ai même pas pensé. Il faut dire que les traversées des grandes villes, c’est du sport ! Et encore, nous sommes dimanche. Je bénis la tempête de neige de nous avoir arrêtés une demi-journée à Cheyenne, sinon l’entrée dans Salt Lake City aurait eu lieu un samedi soir. Et vu la densité du trafic d’hier en fin de journée, cela aurait été un véritable calvaire. A y réfléchir, on préférait peut-être nos heures paisibles passées sur le plateau des Rocheuses… C’est sûr que l’on croisait moins de monde, mais le baromètre de stress ne s’affolait pas autant ! Et oui, grande nouvelle : les suiveurs ne sont jamais contents. La route est toujours plus sympa chez le suiveur d’à côté. En tout cas quand je demande à René s’il pense que les suiveurs ne sont jamais satisfaits, il me répond que « oui, et c’est pour ça qu’ils reviennent toujours ». Bonne réponse.
Une fois la place de Temple Square traversée, c’est le moment de sortir de Salt Lake. Direction plein sud en restant toujours sur la « State Street ». Route que je renommerai bien « l’allée démoniaque tellement représentative de cette société de consommation dans laquelle nous vivons ». Mais c’est un peu trop long je vous l’accorde.
Des milliers de magasins et d’enseignes géantes s’accumulent sur plus de 20 kilomètres. Des fast-food, des concessionnaires automobiles, des vendeurs d’armes, des animaleries, des supermarchés, et j’en passe. Je ne vais pas tout vous lister car on y passerait la nuit, mais sachez que vous pouvez trouver absolument de tout ici. Et c’est tout bonnement impressionnant. Je n’arrive même pas à comprendre comment autant de franchises font pour prospérer en étant aussi collées les unes aux autres. Mais en y réfléchissant, cet axe que nous suivons depuis Brigham City, et que nous ne quitterons pas avant Provo, c’est tout simplement une longue et étriquée zone commerciale. Là où les villes en France peuvent avoir une artère principale où tous les commerces se battent en duel, ici c’est carrément l’Utah qui a sa propre « rue » principale. Sauf qu’elle est longue de plus de 150 kilomètres. Je reste stupéfait par autant de consommation dans l’air.
Niveau course, un point positif à noter : la pluie s’est arrêtée. Les nuages très bas cachent toujours la moitié supérieure des montagnes, mais depuis ce matin il fait bon, et s’il y a bien une chose que nous ne regrettons pas du Wyoming, c’est le froid !
Serge n’a pas vécu sa journée la plus drôle de l’année. Il a bien hâte d’en avoir fini avec cette zone urbaine, qui le force à s’arrêter très souvent pour traverser aux différents carrefours. Selon lui il perd entre 40 et 50 minutes par jour à attendre aux feux tricolores !
Nous terminons l’étape tous les trois épuisés. Il faut dire que l’absence de soleil aujourd’hui n’a pas aidé. Mais concernant la météo, ils sembleraient que les choses s’arrangent dès demain. On croise les doigts ! Ce soir nous dormons en périphérie sud de Salt Lake City, à quelques kilomètres de là où Serge s’est arrêté, et une éclaircie prend forme à l’ouest, nous laissant entr’apercevoir le somptueux paysage que nous n’avons pu voir de la journée. On vous dit à demain pour de nouvelles aventures… urbanisées !

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du lundi 09 mai: Etape 100