E78: Dimanche 17 avril // McCool Junction – Grand Island

E78: Dimanche 17 avril // McCool Junction – Grand Island

72,45km – 10h16′

6h30, petit-déjeuner à l’hôtel. La télévision ne parle que d’une chose : la tempête de neige qui sévit en ce moment même dans le Colorado, état dont nous nous rapprochons un peu plus chaque jour. Pas étonnant que le ciel soit si bouché depuis hier. Nous ramassons les restes de cette perturbation, et ça ne devrait pas aller en s’arrangeant. Et dire qu’il faisait plus de 30°C il y a quelques jours…
Vous en conviendrez, les dimanches sont en général des journées assez tranquilles. Alors imaginez un dimanche au Nebraska… ça vaut bien un jeudi en Sibérie.

Petit détour au McDonald’s dans la journée, l’accent franglais fait toujours autant fureur. Surtout dans une région aussi peu touristique que celle-ci. Dans bon nombre d’endroits nous sommes souvent les premiers français rencontrés.
Toute la matinée nous avons joué à cache-cache avec la pluie, mais cet après-midi nous n’y échappons pas. Au départ un petit crachin, rien de bien méchant, mais assez pour que Serge revête sa combinaison « préservatif ». Un sac poubelle transparent, il y enfile les bras, la tête et le tour est joué.
Serge, justement, avance de bon train. Il pleut de plus en plus, mais la température reste douce. Les conditions ne sont au final pas catastrophiques pour un petit jogging de 70 kilomètres ! Rajoutez à cela un trafic dominical faible, et l’on peut ranger cette journée dans la catégorie des « pas géniales, mais pas non plus terribles ».
Les trains eux ne connaissent pas le week-end. Nous en croisons encore un bon paquet aujourd’hui, transportant tous plus de wagons les uns que les autres. Quelle longueur ! En France notre réseau ferroviaire ne permet pas un tel alignement de wagons, alors c’est forcément déroutant de voir des trains aussi longs.
A mesure que nous nous rapprochons de la fin d’étape, la pluie redouble de puissance. Et devient même glacée. Quand on sait qu’à 500 kilomètres de là à Cheyenne, il neige, ce n’est pas étonnant. Mais Serge a commencé la journée avec le sourire, et il compte bien la finir avec !
Dernier moment de suspense : la traversée du fleuve South Platte. Le pont est en rénovation, et n’autorise les voitures qu’à traverser de façon alternée. Pas trop de place pour Serge, mais c’est l’histoire de quelques centaines de mètres. Tout se passe comme sur des roulettes, et nous rentrons avec le sentiment du dimanche accompli.
A demain.

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du lundi 18 avril: Etape 79