E56: Samedi 26 mars // Fort Oglethorpe – White City

E56: Samedi 26 mars // Fort Oglethorpe – White City

71,79km – 10H20

2°C au départ ce matin. De quoi bien vous réveiller si le café n’a pas rempli sa mission.

Nous parcourons à peine 3 kilomètres et nous voilà au Tennessee !
Aaaah le Tennessee ! Depuis toujours j’entends dire qu’on a tous quelque chose en nous de Tennessee, alors c’est le moment de vérifier ça.
Nous prenons la direction de Nashville, mais que nous ne traverserons pas.
Je sens d’ici les larmes de déception qui coulent le long de vos visages, et oui nous n’irons pas toucher du doigt le cœur de la musique country.
Mais les traversées des grosses villes demandent beaucoup de préparation, et sont souvent synonyme de beaucoup de stress, alors on essaie en général de les éviter.
La route que nous empruntons au 10ème kilomètre nous permet de découvrir la Tennessee River, ainsi que la ville de Chattanooga que nous apercevons au loin.
Le passage d’un état à l’autre est visuellement flagrant : les villes que nous traversons sont tout à coup bien plus rurales.
Il est 10h, le soleil est maintenant levé et la température est idéale. Un ciel parfaitement bleu, une bonne vingtaine de degrés et pas un poil de vent. Personnellement je signe pour ça jusqu’à la fin des Etats-Unis.
Les forêts du Tennessee n’ont rien à envier à celles de la Géorgie. La France est certes un pays déjà bien garni, mais je reste ébahi devant tant d’arbres au kilomètre carré ! On re-spi-re !
Les points de ravitaillement de la matinée nous déposent bien souvent en bordure de forêt, dans des endroits d’un grand calme, où nous pouvons déconnecter et profiter des jolis chants d’oiseaux locaux le temps que Serge arrive.
Ce début de Tennessee est vraiment sauvage. Nous sommes toujours en compagnie de la Tennessee River que nous longeons pendant une bonne trentaine de kilomètres, jusqu’à arriver à la Haletown, endroit que nous avons choisi pour la franchir. Ce lieu semble être le coin rêvé des pécheurs et des promeneurs. Serge y fait la rencontre de Roger, avec qui il échangera quelques minutes à propos de sa course.
Nous prenons alors la direction de Jasper, où nous assistons à notre premier match de baseball. Beaucoup de monde réuni pour encourager des petites filles d’environ 5/6 ans. Je ne pensais pas que la pratique de ce sport très populaire ici pouvait commencer aussi tôt. En continuant un peu notre route, un autre match à lieu : cette fois-ci des garçons, qui doivent avoir la vingtaine. Leurs noms sont annoncés un par un au micro, puis l’hymne américain est joué. Ambiance.
Serge, qui aura apprécié le spectacle, va maintenant s’enfoncer dans une partie moins aisée : l’ascension du plateau menant à White City. La pente est raide, et la forêt qui nous entoure beaucoup moins glamour que celles croisées durant la journée. Mais c’est surtout la première fois que l’organisme de Serge se retrouve confronté à une véritable côte depuis le début des Etats-Unis. On espère que celui-ci ne lui en fera pas trop payer les conséquences ces prochains jours.
Le temps se couvre, il commence à faire bien lourd. Une fois en haut du plateau, René tape un petit somme (pour une fois que ce n’est pas l’inverse, je me permets de le mentionner), tandis que je guette l’arrivée du padré.
(Rectification : une demi-heure plus tard, c’était l’inverse.)

La fin d’étape sera marquée par deux visites. Du côté de Serge, celle d’un policier qui pensait qu’il avait bu, laissant place à un drôle de dialogue :
« Did you drink ? » (Avez-vous bu ?)
« Yes, water. » (Oui, de l’eau)
« No, i’m talking about alcohol… » (Non je parle d’alcool…)
De notre côté, deux hommes sont intrigués par notre plaque d’immatriculation. En effet les distances commencent à s’allonger, et la Floride n’est plus la porte à côté. Malheureusement l’accent des habitants du Tennessee a rendu la conversation quelque peu compliquée…

Je vous dis à demain, et je laisse Laure vous dire quelques mots sur la semaine passée en Georgie :

« Un petit mot sur la Georgie alors que nous quittons cet Etat ce matin, Serge aura mis 7 jours et demi pour le traverser du sud vers le nord:

La Georgie c’est le « deep south » et l’ambiance y est fort imprégnée des vestiges de la guerre de Sécession qui opposa les nordistes et les sudistes entre 1861 et 1865: guerre civile avec comme point d’orgue l’abolition de l’esclavage, pratique répandue dans les Etats du sud et notamment en Georgie. Nous sommes passés tout près de Andersonville au sud de Atlanta où se situe la terrible prison de l’époque, site national historique qui se visite aujourd’hui. Nous aurons croisé LaFayette au nord de l’Etat et son champ de bataille reconstitué avec toutes les divisions nordistes représentées.

C’est à Atlanta que naquit Martin Luther King, grand défenseur de la paix et des droits de l’homme. Sa mémoire nous rappelle en ces temps troublés par tant de violence que la paix dans le monde est une vaine espérance? Certes nous sommes touchés de plein fouet en Europe par des vagues d’attentats plus meurtriers les uns que les autres mais les années passent et de tout temps, l’Homme continue malgré tout à détruire, n’est il pas l’animal le plus redoutable car doté d’une intelligence qui ne sert pas toujours cette paix. Alors que l’on soit « Charlie » ou pas, la mémoire d’hommes comme Martin Luther King est là pour nous rappeler qu’il nous reste l’espoir d’un monde meilleur et qu’il n’est pas si vain. « I have a dream… »

Sur un ton plus léger, la Georgie c’est aussi le coin de Margaret Mitchell, auteur du célèbre roman « Autant en emporte le vent » et ce n’est pas le hasard si par moment nous avions l’impression que Scarlett O’Hara et Retth Butler allaient sortir d’une de ces belles demeures à colonnades que nous avons croisées sur notre chemin et dont vous avez vu quelques photos.

Nous laissons derrière nous la Georgie: ses pins, ses champs de coton que nous aurons entre-aperçus, ses forêts, ses pêchers, ses centaines d’églises de tous styles, son histoire sudiste…

Bonjour le Tennessee, de nouveaux horizons s’ouvrent à nous. »

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Etape du Dimanche 27 mars: Etape 56

Parfois 2 vidéos (même si qu’une seule présente dans l’article) – n’hésitez pas à cliquer dans Galerie Vidéo