E50: Dimanche 20 mars // Cordele – Fort Valley

E50: Dimanche 20 mars // Cordele – Fort Valley

71km – 9H37′

Un village traversé après 8km, au doux nom de Vienna, puis la ville de Fort Valley atteinte en fin d’étape, et sinon que des champs, des fermes et quelques forêts et plantations d’arbres. Le décor est à nouveau rural pour notre 3ème jour en Géorgie.

Le vent du nord-ouest est assez saisissant ce matin . Serge a revêtu une deuxième couche pour la première fois depuis le 6 mars, notre départ de Miami. Il fait frisquet ! Dans la journée, les amplitudes thermiques de 20°C sont terminées et Serge n’a plus ses petits coups de mou du matin. Son corps régule mieux et ne surchauffe plus.

Cela faisait longtemps également que nous n’avions pas eu autant de changements de directions, ce qui rompt la monotonie des longues lignes droites pourtant fortement appréciées par Serge. Au km 58, nous arrivons sur la nationale 341, très circulante en ce dimanche après-midi et les chauffeurs semblent pressés, roulant largement au dessus de la limite autorisée. Ici pas de kilomètres mais des miles et encore une fois, il faut avoir sa calculette tout comme pour les Gallons pour les litres , les Livres (Lbs) pour les kilogrammes. Sur cette US 341, la vitesse maximale est de 55 miles soit 89 km/heure, mais la majorité des véhicules est largement au-dessus. Que diantre font le Sheriff et la Police car les 2 véhicules patrouillent à Fort Valley ?

La campagne est belle sous ce soleil printanier, nous regrettons de voir que les bords des routes sont trop souvent pris pour des poubelles, malgré quelques panneaux « Do Not Litter » et un « 500$ Penalty » parfois. Cela ne dissuade en rien ceux qui balancent canettes, bouteilles, papiers de fast food sur les bas-côtés et parfois, le volume  de déchets est énorme . L’entretien des routes n’est pas aussi efficace qu’en Floride, ou alors en Géorgie, les habitants sont moins sensibilisés sur la question, sans doute un peu des deux !

Ce soir après notre drôle de journée d’hier, à rallonge et coupée en deux, nous sommes tous les deux bien fatigués. Serge a eu un petit coup de fatigue à l’entrée de Fort Valley, sans doute le fait d’avoir le vent de face en fin d’étape et il semblerait que demain le vent soufflera toujours dans le même sens . Nous suivrons la 341 sans changement de cap en direction du Nord-Ouest pour rejoindre le Sud Ouest d’Atlanta mardi soir

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du Lundi 21 mars: Etape 51

E49: Samedi 19 mars // Sylvester – Cordele

E49: Samedi 19 mars // Sylvester – Cordele

71,12 km – 9H39′

Une étape en 2 parties

Serge n’aime pas courir la nuit, alors pourquoi partir à 6H51′ enveloppé dans une nuit épaisse, au milieu d’une forêt de pins qui ne fait qu’assombrir ce tableau déjà bien noir. Et bien, Serge a une conférence et doit se trouver à 15H30′ devant un ordinateur pour un « Skype » avec la France, et avec du haut débit. Nous avons donc organisé cette étape pour que Serge puisse se trouver à proximité d’un réseau lui permettant d’être en liaison Skype et d’intervenir devant une salle de quelques centaines de personnes, réunies pour un séminaire en France.

Mais voilà, Serge ne se contentera pas des 59km atteints à 15H00, et il reprendra la route vers 16H45′ pour terminer sa journée. Si cela me faisait sourire d’incompréhension, je me dis à cet instant précis que c’est son choix et nous voilà repartis pour 1H30, le temps de traverser la ville de Cordele. Ce sera notre deuxième ville traversée ce jour, après Sylvester ce matin.

Nous sommes dans la Géorgie profonde, et pourtant nous nous rapprochons d’Atlanta. Atlanta et sa métropole comptent 5,5 millions d’habitants, soit plus de 50% de la population de l’Etat (10 millions), tout comme Miami et sa banlieue pour donner un ordre d’idée. Cela place ces 2 Mégalopoles au 8ème et 9ème rang des métropoles les plus peuplées des Etas-Unis. Cependant une différence majeure: la densité de population est du simple au double quasiment entre ces 2 états: 119 habitants au km2 pour la Floride et 69 pour la Georgie. On comprend pourquoi la Georgie nous paraît plus sereine surtout sur les routes moins circulantes.

Alors en attendant, nous savourons le calme de la campagne et je m’endormirais bien entre 2 ravitaillements, la fatigue se fait sentir et le soleil qui vient de faire son apparition est propice à la somnolence en ce début d’après-midi. Alors on ouvre les yeux et on reste éveillé, concentré sur l’objectif du jour !

Données de la montre Epix: Garmin Connect Partie 1 – Partie 2

Parcours du Dimanche 20 mars : Etape 50

E48: Vendredi 18 mars // Quitman – Sylvester

E48: Vendredi 18 mars // Quitman – Sylvester

71km – 9H49′

71km – 9H49′

Deep south

(Merci à Lee de m’avoir souffler ce titre)

Une première partie bucolique dans la forêt avec quelques véhicules sans plus, la Tallokas Rd fut très agréable jusqu’à Moultrie. Au 40 ème km, la traversée de la ville se fait sans encombre et ne nous laissera pas un souvenir impérissable. Après la Floride, ultra touristique et attractive pour bon nombre de retraités américains de par son climat, la Géorgie ne semble en aucun point touristique et j’avoue que nous attirons les regards, les questions. D’où venez vous ? – Ah ! Vous êtes européens…

Ce matin, sur la ligne de départ : j’avais un nouveau Serge. Si vous regardez les photos vous verrez qu’il avait un nouveau look: T-Shirt en coton,car les UV et le soleil ont descendu d’un degré et Serge commence à faire des allergies de peau sur le thorax, dues aux frottements du sac, à la transpiration et à la pluie d’hier… Il arbore son éternel bandana rouge, assorti au T-Shirt (très classe) et surtout il a chaussé ses nouvelles Pro Touch P1.0, vertes « flashy », nous ne voyons qu’elles sur la route. Un seul regret, il n’a pas rasé sa barbe !

Fin de parcours sur la 33, en direction de Sylvester, que nous passerons demain. Notre remontée vers le Nord continue en direction d’Atlanta et les températures ont culminé à 23°C, fort raisonnable pour courir et passer 10H00 sur la route.

Serge s’est régalé sur la route aujourd’hui et la petite vidéo en atteste, il ne raconte pas qu’il a eu la visite de quelques chiens, qui échappant à la vigilance de leurs maîtres, sont venus dans les pattes de notre coureur, toujours très méfiant à l’égard des canidés, qu’il adore par ailleurs, mais il tient surtout à ses mollets…

J’ai acheté ce jour, un pèse personne américain, l’européen est retourné en Normandie à la maison. Demain matin, Serge sera de corvée de pesée , et ce ne sera pas en kilogrammes pour le verdict.

Un petit problème pour les têtes blondes :

Les stations – services vendent l’essence au Gallon et non pas au litre (comme les bidons d’eau que nous achetons)

1 Gallon = 3, 78 litres
1 Gallon = 1,89 US$
Combien de dollars pour 1 litre
et un bonus : 1 euro = 1,10 us$
Combien d’euros pour 1 litre
Merci les fortiches en maths, cela m’aidera dans ma comptabilité !

Pour l’anecdote, le prix du Gallon en Floride : de 1,89 à 2,09 US$

Son prix en Géorgie : de 1,74 à 1,99 US$
les prix varient d’un Etat à l’autre et d’une enseigne à l’autre.
Le gazole est plus cher que l’essence de 10 ou 20 cents .

Tout comme le prix des hébergements :
En Floride : nous avons dépensé 95 US$ en moyenne par nuit les prix étant compris entre 80 US$ et 130 US$ (Miami est beaucoup plus cher). La Floride est un gouffre pour le porte-monnaie.
En Géorgie : Les prix sont compris entre 60 US$ et 100 US$ avec une moyenne de 75 US$.

Pour l’essence et l’hébergement, la Géorgie sera moins chère que la Floride, c’est la bonne nouvelle du jour.

Le saviez-vous, les Sheriffs sont élus par les citoyens et non nommés, encore une idée préconçue que j’avais en tête (voir les photos)

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du Samedi 19 mars: Etape 49

E47: Jeudi 17 mars // Lee – Quitman (GA)

E47: Jeudi 17 mars // Lee – Quitman (GA)

71,7km – 10H03′
Sur la route de Madison … et de la Géorgie.
Direction plein ouest, après avoir traversé le village de Lee, nous arrivons à Madison. Nous pensions voir la maison d’enfance de Ray Charles, mais celle-ci se trouve à Greenville plus à l’ouest, et nous, nous bifurquons ici, plein nord vers Quitman et la Géorgie. Madison n’en demeure pas moins une jolie petite ville au charme suranné, avec quelques beaux bâtiments et maisons qui témoignent de temps anciens , puisque datant de la fin du XIXème siècle . Et oui, les USA, pays jeunes et neufs que beaucoup boudent en disant qu’il n’y a rien à voir, commencent à prendre de l’âge et les vestiges du temps de la guerre de Sécession sont très présents dans ce secteur (voir les photos).
A la sortie de Madison, la pluie s’invite et nous entendons le tonnerre non loin, peu de luminosité aujourd’hui. Le thermomètre affiche 22°C, nous respirons et cela fait du bien, nous serions presque comme notre petit canard, heureux de cette pluie rafraîchissante. C’est donc sous la pluie que nous passons la frontière entre la Floride et la Géorgie, et comme je sais que bon nombres d’enfants et de jeunes nous suivent, je vous laisse nous dire combien d’Etats comptent les USA ? Alors?
Traversée de Quitman, sur 2 kilomètres, au 61ème de l’étape, et nous voilà repartis dans la campagne. Depuis hier, nous voyons beaucoup de terres agricoles cultivées, cela change comparativement au sud de la Floride et ce soir, Serge s’arrête non loin d’une ferme, d’où s’échappent des relents d’épandage. Difficile de s’accommoder de cette odeur, mais pas de doute nous sommes bien à la campagne. Serge apprécie toutes les fleurs roses qui ornent les jardins de nombreuses maisons. Je ne sais pas si vous avez remarqué sur les photos, mais souvent les villes arborent un blason ou un slogan et sur celui de Quitman est inscrit « City of Camélias », d’où la présence de ces massifs qui donnent de la couleur à la campagne et qui changent de cette longue route où le vert domine, entre les 2 villes du jour.
Serge est fatigué et il l’exprime ce soir en fin d’étape, pendant laquelle il va pas mal marcher, mais savoure quand même. En Géorgie, les moustiques sont arrivés. Où étaient – ils avant ? Nous nous demandons si la Floride n’utiliserait pas quelque insecticide en pulvérisation à grande échelle, car c’était humide et pas l’ombre d’un moustique , qui font leur apparition au mile 2, en Géorgie, coïncidence ? Je n’aurai sans doute jamais la réponse.
Serge est au lit après avoir bien mangé, il se couche sans même regarder ses mails, ni le parcours de demain. Trop fatigué !

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du Vendredi 18 mars: Etape 48

E46: Mercredi 16 mars // Lake City – Lee

E46: Mercredi 16 mars // Lake City – Lee

71,1km – 9H41′

Comme un mercredi

Une constante ces derniers jours, la suée arrive, les jambes flageollent dès le premier kilomètre. Et pourtant Serge est parti en mode pré-chauffage, marchant et trottinant, question de voir si en laissant le corps se mettre en mouvement doucement, cela pouvait éviter ce désagrément, mais que nenni. Serge pense que son corps a besoin d’éliminer la chaleur accumulée la veille et que la nuit ne suffit pas à tout évacuer. Le radiateur interne semble grippé chez Monsieur Serge ! Bref, un coup de coca, de sucré et cela repart pour une nouvelle journée avec 2 villes traversées aujourd’hui, Lake City au 10ème km et Live Oak au 44ème km.

Lake City où je refais quelques courses dans un grand supermarché, où l’eau est moins chère que dans les stations – services (jusqu’à 4 fois moins) et où il y a du choix, car il y a plusieurs sortes d’eaux : l‘eau distillée, l’eau purifiée et enfin la Springs Water que j’associe à l’eau minérale et qui est souvent un peu plus chère. C’est cette dernière que je prends car les autres arrivent à avoir le goût plastique du bidon… Il existe aussi de l’eau pétillante locale, du Perrier et de la San Pelligrino, une marque française pour l’eau plate, l’Evian. Tout ce choix ne se trouve que dans les grands magasins et les grandes enseignes et les prochains jours, nous ne devrions croiser que peu de grandes villes, du coup c’est l’heure de faire le plein.

Live Oak, la jonction entre Lee Av et la US 90 marque le passage des 3000km. Une petite photo et hop c’est reparti, Serge semble avoir un train à prendre… J’en profite pour faire un coucou à Lee, qui a renoué avec les traductions en anglais de mes textes depuis notre arrivée sur le sol américain, comme au bon vieux temps et je trouve cet échange toujours aussi agréable et stimulant. Merci Lee!

Passé Live Oak, la US 90 est ennuyeuse et puis il fait lourd, ça vous plombe le cerveau. Jusqu’au passage d’un train et là le sourire revient car on adore les trains américains, majoritairement des trains de marchandises, toujours très longs et qui nous font « coucou » au passage. On a le temps de les voir passer ou plutôt nous dépasser car ils sont très lents. Les trains de passagers sont quasiment inexistants, compte tenu des distances, les gens prennent l’avion. Moralité de cette histoire : le passage d’un train peut vous redonner le sourire. Il n’y a pas de petits bonheurs !

Enfin, après les orangers, les lacs, le monde des chevaux, nous voici en plein coeur d’une nichée d’églises. Les  croyants pratiquants n’ont que l’embarras du choix pour choisir leurs églises qui sont légion dans ce secteur. Il n’y a pas une rue, ni une route qui n’indique pas une église. S‘il y a des églises Adventist, Catholiques, la majorité sont des églises Baptistes. Et je viens d’aller rassasier ma curiosité pour savoir ce qu’était le courant Baptiste, car il ne s’agit pas d’une religion. De peur de vous fatiguer, j’en resterai là, et si le sujet vous intéresse, allez voir sur le net….

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du Jeudi 17 mars: Etape 47

 

E45: Mardi 15 mars // Archer – Lake City

E45: Mardi 15 mars // Archer – Lake City

70,6 km – 9H37′

Bad day today ?

J’ai passé ma journée au bord d’une piscine sous un parasol à siroter des mojitos bien dilués et bien glacés tandis que les brumisateurs rafraîchissaient l’atmosphère… Le réveil sonne et bien non, il est 6H00 et il fait encore nuit. Pas le temps de se poser la question mais on se la pose quand même : tu as bien dormi? Oui nous avons dormi comme des bébés à Gainesville, dans notre hôtel au pied de l’I75.
Maintenant que vous connaissez le programme du matin, je passe direct à la phase course. La brume est vite dissipée et un soleil ardent va accompagner cette nouvelle journée pour atteindre 41°C au soleil sur la route en début d’après-midi. Pas la peine de vous dire que Serge a sorti son Bob, un peu tardivement mais quand même, il est sur sa tête et comme d’habitude il s’est enduit 2 fois de spray solaire et a refait un « tartinage » de crème anti échauffement au km 45.
Si je suis durant 5km, installée confortablement dans la voiture climatisée puis à l’ombre à l’abri des nombreux arbres (quelle bénédiction ces arbres!), Serge avance tête baissée avec un visage fermé qui en dit long: « je n’ai pas de bonne sensation, j’ai envie d’en terminer avec cette journée », ce qu’il me confirme au 60ème kilomètre mais pas besoin de longs dialogues entre nous. Notre binôme se connait parfaitement!
Et oui, cette route 41 pourtant pas si désagréable sera agrémentée d’un seul changement de direction au 39ème kilomètre à High Springs (jolie petite ville), Serge ne l’a pas savourée. La journée a commencé par son petit coup de mou qui devient presque habituel maintenant et nous ne trouvons pas pourquoi puisque repos et bonne alimentation sont au rendez-vous! Une légère embellie avant que Serge me dise qu’il n’a pas de « jambes », puis qu’il a mal à la tête…. bref, un manque de forme généralisée qui comme d’habitude ne nous inquiète pas car qui peu dire qu’il se lève tous les matins avec la même pêche, voilà, ça dépend des jours et aujourd’hui c’était un jour sans.
Demain, nous serons encore pour la journée en Floride avant de passer en Georgie jeudi. Un Etat américain que nous ne connaissons pas ni l’un ni l’autre et dont tout le monde peut-être sans le savoir connait sa capitale: Atlanta, où les jeux Olympiques se sont tenus en 1996 et siège social de Coca Cola :). C’est également là que Thomas et René viennent nous rejoindre dans une semaine pile!
Un petit coucou à Nico qui semble voir le printemps se profiler à Chicago et dimanche il a regardé un film, je vous laisse deviner: Forrest Gump. Pour le plaisir voici 2 répliques du fabuleux Tom Hanks dans ce film culte: « Mama says I’m special » et « Life is like a box of chocolates, you’re never know what you’re gonna get » (d’ailleurs ceux qui suivent ont du voir une video sur You Tube où Serge reprend ces répliques….) See you

Donnée de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du mercredi 16 mars: Etape 46

E44: Lundi 14 mars // Belleview – Archer

E44: Lundi 14 mars // Belleview – Archer

70,5 km – 9H37′

Départ sur la US 27 qui nous mène ce matin à Ocala, le trafic est dense en direction de Gainesville, et je suis bien contente d’avoir choisi de contourner cette ville pour rejoindre Lake City demain. A la sortie de Ocala, km 20, nous allons poursuivre sur la US 27, North mais le décor change radicalement. Nous baignons littéralement dans les prairies, les chevaux et les forêts. Les fermes « équines » se succèdent toutes plus somptueuses les unes que les autres, nous apercevons les box qui relèvent plus de belles maisons que d’habitats pour chevaux. Cette région semble un sanctuaire pour nos amis équidés dont nous apercevons quelques spécimens qui broutent dans leurs prairies.
Serge quant à lui, a bien du mal à se sortir d’un petit état de faiblesse, toujours ces petits moments de suées et de jambes « molles ». Il reprendra du poil de la bête au km 25. C’est long, mais Serge ne se décourage pas , il sait que la forme revient toujours et que les coups de mou font partie du jeu.
Nous croisons quelques flaques d’eau qui témoignent des pluies orageuses qui sont tombées hier soir et cette nuit, mais la terre a eu vite fait de tout absorber, je ne me suis même pas embourbée, ni mouillé les pieds sur le bord des routes aux talus herbeux.
Au km 55, à Williston, Serge bifurque sur la 41, petite nationale de taille normale qu’il n’affectionne pas particulièrement, par peur des véhicules qui doublent dans le sens de sa progression, qu’il ne voit pas et arrivent dans son dos sans le voir non plus parfois. C’est pourquoi il trouve un certain confort sur les 2 fois 2 ou 3 voies qui sont divisées par un terre plein central qui le met à l’abri de ce désagrément. Et comme on est exigeants, on préfère les « Divided Hwy » en campagne comme aujourd’hui.
Serge boit toujours ses 2 gallons d’eau sur ton temps de course (1 Gallon = 3,78L), il ne boit aucune boisson énergétique spécifique, depuis bien longtemps d’ailleurs, trouvant qu’elles sont souvent indigestes dans le temps, pour les intestins. Il ajoute toujours son café du matin, lors du premier ravito (ce matin, il a pris double ration de café et de muffins) et une petite bouteille de coca sur les 2 derniers ravitos de la journée auxquels s’ajoute une soupe en fin de matinée. Le soir et la nuit, il boit en général encore près d’un litre qui se décompose en 1 bière de 33cl et le reste en eau. La bière, ce n’est pas tous les soirs et d’ailleurs, il a commencé à en boire depuis les USA, car la bière américaine, c’est comme le café, assez « diluée », donc pas de mal à se faire plaisir.
Encore une journée qui s’achève dans une certaine routine et normalité : quoique Serge me dira tout sourire « c’est inespéré » Quoi donc ? et bien ce matin, je n’aurai pas parié sur un tel kilométrage dans ce temps – là !

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du Mardi 15 mars: Etape 45

E43: Dimanche 13 mars // Minneola – Belleview

E43: Dimanche 13 mars // Minneola – Belleview

71,3km – 9H38′

Un long dimanche de course à pied.

Cette nuit, la Floride est passée à  l’heure d’été et nous avons avancé nos montres d’une heure, ce qui nous rapproche de la France avec seulement 5 heures de décalage horaire.

Serge et moi organisons notre petite vie de nomades sur la route pour le mieux. Le matin, Serge prépare le petit-déjeuner pendant que je prends ma douche. Il mange son kiwi quotidien et presse son jus d’agrumes (+ le jus de citron pour sa chérie). Puis il fait la vaisselle tandis que je me connecte à internet, puis il termine de se préparer, surtout les pieds, qu’il enduit toujours de crème anti- échauffement. Il a adapté un petit contrefort sous sa semelle car le dévers de la route sollicite pas mal sa pauvre cheville droite ( fragile depuis quelques années déjà). Enfin, nous déménageons notre bazar quotidien: 3 sacs + la caisse à petit-déj + nos sacs à valeurs (nos ordis et petits sacs à dos avec les espèces, nos papiers…), puis direction le départ. Serge allume sa montre et sa balise « tracker », puis c’est parti pour une journée de grosso-modo 10H00 sur la route.

Etant seule dans le véhicule et Serge tenant à ses ravitaillements environ tous les 5km (il n’a pas réduit la distance malgré la chaleur), je gère mon temps. Par deux fois, je l’ai laissé seul entre 2 et 3 heures, mais nous n’aimons pas trop nous éloigner de notre « Boss Runner », car les ravitos du matin sont importants, c’est là où il s’alimente le mieux en quantité et l’après-midi, il peut être sujet à des petites phases d’hypoglycémie , surtout lorsqu’il fait très chaud comme ces derniers jours. Et puis comme il l’a expliqué dans une des vidéos, avoir un but tous les 5 km, c’est bon pour le moral. Du coup, je fais les courses, je prends de l’essence entre 2 ravitaillements. Les zones urbanisées que nous traversons sont bien commodes pour tout cela.

Le soir, lors de la fin d’étape, bien évaluée grâce au logiciel et que la course s’arrête, Serge éteint sa montre, sa balise et direction le motel ou l’hôtel  (j’expliquerai la différence entre les deux un autre jour, nous préférons les motels) qui sont réservés par mes soins , 2 jours à  l’avance environ. En cela, le smartphone équipé d’une carte Sim avec internet m’est très utile. Merci à Nico, qui grâce à son compte bancaire américain, nous a permis d’obtenir cette possibilité de communication bien commode, notre vie de nomades aux USA.

Je vous raconterai comment s’organise notre petite vie du soir, une fois dans notre chambre, où tout est une nouvelle fois bien organisé et chronométré, afin que Serge s’allonge et s’endorme vite pour récupérer. Le sommeil est une des valeurs sûres pour lui qui aime bien dormir, même en temps ordinaire…

Fin d’après midi couverte, quelques gouttes de pluie en fin d’étape et des pluies d’orage une fois terminé. Ca rafraîchit un tout petit peu !

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du lundi 14 mars: Etape 44

E42: samedi 12 mars // Dundee – Minneola

E42: samedi 12 mars // Dundee – Minneola

70,81 km – 9H37′

Une journée où nous aurons été peu enclins à sortir nos appareils photos et vidéos car la Highway 27, ne nous a guère inspirés. Une enfilade de centres commerciaux où se bousculent les badauds, en ce samedi, une succession de murs en briques qui séparent cette très très large Highway de zones résidentielles et cela sur des dizaines de kilomètres. Certaines sont plus cossues que d’autres. Leurs noms ornent chaque entrée et de beaux parterres de fleurs agrémentent le terrain sur lequel sont posées des maisons qui se collent presque les unes aux autres, pour certaines. Quand vous montez en gamme, il y a un portail clos et un gardien à l’entrée , les terrains sont beaucoup plus grands, ainsi que les demeures, qui sont alors conçues par des architectes et ne ressemblent plus à leurs voisines .

Nous croiserons également beaucoup de terrains de golf, privés ou publics. Les golfs sont très répandus aux USA. Aujourd’hui , les orangers auront quasiment disparu , nous nous éloignons du coeur de la Floride,  pour remonter un peu plus au nord.

Malgré tout, lors du début d’étape  et de la traversée de Haines, nous avons pu voir un petit centre- ville déserté et nous comprenons pourquoi. Toute la vie est maintenant concentrée sur ces gigantesques nationales à 2 x 3 voies, qui s’élargissent lors des intersections jusqu’à 5 voies et qui pour le plus grand plaisir de Serge ont même une portion piétonne. Du coup, Serge a eu un peu de confort et s’est réconcilié avec la US 27, à  tel point qu’il était presque déçu de la quitter ce soir, vers le 60ème kilomètre…. avant d’y revenir demain matin. Chouette ! De mon côté , cette circulation incessante, ce bruit et cette vigilance  nécessaire ne m’enchantent guère, j’aime la quiétude des petites routes et ce ne sera pas pour demain!

Les « Highways » sont donc de grandes nationales ,et les « Interstates », que nous n’emprunterons jamais, car elles nous sont  interdites et de toute façon trop dangereuses, sont les autoroutes. La majorité de ces « Interstates » sont gratuites, certaines proches de grosses agglomérations sont payantes.

Sinon, Serge va bien physiquement. Il a de bonnes jambes et les muscles ne semblent pas trop douloureux, je ne le vois pas partir le matin en peine, il trottine assez vite et reste contemplatif quand cela est possible. Il est tout simplement bien dans sa course.

Merci à Lee qui m’a fait remarquer que l’eau des lacs n’est pas salée et que les pompes n’ont pas besoin d’avoir un système pour dessaler l’eau… Je ne sais pas pourquoi, j’avais dans l’idée que cette eau était salée !!! Demain, il y aura encore des lacs et de l’eau sur notre parcours.

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du dimanche 13 mars: Etape 43