E430: Mardi 04 Avril // Bussy-le-Château – Venteuil

E430: Mardi 04 Avril // Bussy-le-Château – Venteuil

60,28km – 08h34’

Ce matin dès le premier kilomètre un panneau nous indique que le « camp d’Attila » est tout proche. Le camp d’Attila, le plus célèbre des Huns ? On dévie de notre route le temps d’aller voir de quoi il s’agit. Selon le panneau explicatif, cet endroit classé monument historique aurait été le théâtre de « la bataille des champs Catalauniques », en 451. Une époque que les moins de vingt ans ne peuvent assurément pas connaître. En ces temps Attila avançait imperturbablement vers l’ouest de l’Europe, bien décidé à envahir tout le continent. Mais c’était sans compter sur une alliance romano-franco-germanique qui mis fin à ses envies de conquêtes. Et oui, l’homme qui a franchi les Alpes a dos d’éléphant a du battre en retraite ici-même, près de Châlons-en-Champagne.

Ce matin nous reprenons dans le plat pays de la Marne. Les TGV n’arrêtent pas de défiler au loin. Il faut dire que le relief est propice à une bonne prise de vitesse. Aussi, les camions militaires sont nombreux sur les routes. Le camp de Châlons, créé par Napoléon au XIXème siècle, n’est qu’à quelques kilomètres.

Très rapidement nous arrivons à Bouy. Un avion trône sur le rond point du village. C’est ici qu’est né Henri Guillaumet, l’un de plus grands aviateurs français de l’histoire. Il a notamment contribué au succès de l’aéropostale, la première ligne d’aviation transatlantique du pays, qui deviendra par la suite Air France. Sa légende, il l’a construite en Amérique du Sud, en survolant 393 fois la Cordillère des Andes et en marchant cinq jours consécutifs sans dormir après que son avion s’y soit écrasé, forçant le respect des locaux qui pensaient sa survie au milieu de la neige et des montagnes impossible.

En l’espace de quelques minutes on a bien cru que le mojo de la météo nous avait quitté, comme il a quitté Henri Guillaumet dans les Andes. Mais en fin de matinée le soleil revient aussi fort que lors des précédentes étapes. Au 35ème kilomètre notre route se cale sur la D1, que nous ne lâcherons plus de la journée. Serge nous annonce au même moment qu’il reste moins de 200 kilomètres de course jusqu’à Paris… dios mio, ça ne nous rajeunis pas…

Aujourd’hui nous longeons pendant une grande partie de l’étape le canal de la Marne. Juste derrière, à l’abri des regards, se trouve la rivière éponyme. Deuxième jour de course dans ce département donc, et contrairement à ce que son numéro Insee laisse penser, ce n’est pas le pastis qui est à l’honneur ici mais bien le champagne. C’est en effet dans cette vallée de la Marne que se trouvent les plus célèbres vignobles. Dom Pérignon, Krug, Veuve Clicquot etc…
Les vignes s’étendent à perte de vue, et côtoient les villages jusque dans leurs rues les plus extérieures. Pas un mètre carré n’est laissé de côté. Bien évidemment, pratiquement toutes les habitations vendent du champagne.

Notre étape du jour se termine à Venteuil, petit village de 558 habitants où les maires qui s’y sont succédés ont toujours été, soit des viticulteurs, soit des agriculteurs. Une dernière côte, et Serge arrête sa montre. Surement la dernière étape de plus de 60 kilomètres sur ce tour du monde. Une page se tourne. A demain.

Données de la montre Epix: Garmin Connect

Parcours du mercredi 05 avril: Etape 431